La location de puériculture avec Ptit Loup Futé.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un système qui pourrait faciliter la vie de nombreux parents : la location de matériel de puériculture. (oui, j’ai traîné, mais l’article tombe pendant/avant les vacances : franchement, j’aurai pu faire pire!)
Et pour ce faire, j’ai eu l’honneur de tester le service de location de Ptit Loup Futé.


Ptit Loup Futé, c’est quoi?
C’est donc une boutique « en dur » (située à Six-Fours-les-Plages, 83) et son site, centré sur la puériculture, comme vous devez vous en douter, et qui propose plusieurs services : la location de matériel, donc, mais aussi des ateliers de portage ainsi que de la vente pure (pour les passionnés de jambières pour bébé, sachez qu’ils ont des Huggalugs, LA marque que je recommande personnellement et à laquelle je suis vraiment accro parce qu’elles sont adaptées aux gros cuissots potelés).

Le choix est plutôt vaste, les tarifs intéressants, et surtout la gérante est particulièrement sympathique. Elle saura vous guider si vous en éprouvez le besoin, et c’est appréciable dans le monde impitoyable du matériel de puériculture, tant il y a de tout!

Que louer?
Internet est un monde fantastique où l’on peut trouver de tout, ou presque.
Du lit pliant à la poussette, en passant par les porte-bébés (ah ben oui!) voire les accessoires de cuisine (on a parlé de Babycook dans le fond, je vous ai vus), tout peut être loué!
Ptit Loup Futé propose même des jouets, des baignoires, des sièges auto… Je ne vais pas vous faire la liste exhaustive, mais il y a du choix!

Bon, d’accord, mais pourquoi louer?
Chacun y verra son intérêt : tester avant d’acheter, ne pas investir dans un objet dont on ne prévoit qu’une utilisation ponctuelle, partir en vacances sans déménager sa maison…
Si vous êtes vous-même parent, vous savez à quel point il est facile d’accumuler du matériel onéreux et encombrant : la location peut limiter les dégâts!
Dans le cas où vous accueilleriez ponctuellement un bébé chez vous, cela peut également être une bonne solution pour ne pas investir dans un lit/poussette/etc tout en allégeant la quantité d’affaires que les parents vous laisseront!

Mais ce qui a attiré mon attention, c’était surtout le fait de pouvoir tester, chez Ptit Loup Futé, des porte-bébés.
La sélection est assez complète, cela va du préformé au portage d’appoint, en passant par les écharpes tricotées JPMBB et les mei-tai (dont le Maxi-Taï de Ling Ling d’Amour, spécialement pour les bambins et qu’on adore, ici). Mon seul regret est qu’il n’y ait pas d’écharpes tissées disponibles à la location, peut-être y en aura-t-il par la suite.
Et ici, pas de porte-bébés non physiologiques 😉
Pour ma part, j’en ai profité pour tester le Suppori (portage d’appoint), dont je vous parlerai sûrement par la suite.

Notons également que l’on peut choisir la durée de la location, de 3 jours à 2 mois, à adapter en fonction de vos besoins!

location01

Et une fois qu’on a testé?
Eh bien tout simplement, si vous n’avez plus l’utilité de l’objet ou qu’il ne vous convient pas, il suffira de le retourner, soit par la Poste (Ptit Loup Futé joint au premier envoi un bordereau de retour prépayé), soit directement dans la boutique.
Et si votre essai vous a convaincu d’investir à long terme, vous pouvez également l’acheter, le tarif de la location sera alors déduit du prix de l’objet (qui est le même que dans les autres boutiques).

prop02-small

 

 

 

Donc en résumé :

 

 

 

 

– Ptit Loup Futé propose un large choix de matériel de puériculture, disponible à la fois à la location, ainsi qu’à l’achat (sièges auto, porte-bébés, poussettes, lits, matériel pour la préparation des repas de bébé…)

– Une fois la location terminée, si vous décidez d’acquérir l’objet, le montant de la location sera déduit du prix d’achat

– La durée de la location est certes pré-établie, mais avec de nombreuses options allant de 3 jours à 2 mois

– Ptit Loup Futé vous conseillera, n’hésitez pas à poser vos questions et indiquer vos attentes et/ou vos besoins!

 

 

Infos pratiques :

Ptit Loup Futé

Cet article a été rédigé en partenariat avec Ptit Loup Futé. 

Porter en toute sécurité.

Bonjour à tous.
Comme vous le savez sans doute (au pire, maintenant c’est le cas), hier a débuté l’édition 2o14 de la Semaine Internationale du Portage.

A ce titre, je ne pouvais pas rester silencieuse, mais j’ai voulu aborder un point que j’ai jusqu’à présent un peu laissé de côté dans mes articles : la sécurité.

(je n'ai toujours pas pris le temps de refaire cette horrible illustration)

(je n’ai toujours pas pris le temps de refaire cette horrible illustration)

 

Porter son enfant, c’est bien.
Ca, on l’a vu, revu et révisé. Vous commencez à le savoir, il y a énormément d’avantages à porter son enfant :
– la satisfaction d’un besoin de proximité
– le renforcement des liens parent/enfant
– le respect d’une bonne position pour l’enfant (soutien par la base, non-appui permanent de la tête sur une surface plane, contenance qui permet à l’enfant de développer sa motricité…)
– la libération des mains du porteur
– une mobilité plus grande
Ce n’est qu’une liste non-exhaustive, chacun y trouvera son compte (oui, cacher le bourrelet post-grossesse peut figurer sur la liste).

Mais pour que le tableau soit parfait, il est primordial de s’assurer de la sécurité du petit porté.
On relate souvent sur le web des histoires atroces de bébés étouffés dans une écharpe de portage, attisant les plumes acides des anti-portage (oui, comme pour tout, il y en a) et réveillant les inquiétudes des parents et de l’entourage des porteurs.
Sachez que c’est rare, j’irai même jusqu’à dire exceptionnel, même si ces articles sont souvent introduits par une notion de répétition.

Malgré tout, il est indispensable de veiller au respect de quelques points-clés d’un bon portage.

En premier lieu,  il est absolument primordial de s’assurer que les voies respiratoires de l’enfant soient dégagées. Pas de tissu qui passe sur son nez ou même son menton, il faut qu’il soit libre de respirer sans le moindre obstacle!
On parle souvent de glisser deux doigts entre le menton et la poitrine de bébé. Si, en théorie, c’est parfaitement juste, avec un vrai bébé qui prend la position qu’il veut, ce n’est pas toujours évident, mais gardez bien cette image en tête! L’idéal est un menton bien relevé (sans aller jusqu’à forcer sur sa nuque bien sûr), et un petit nez prêt à tout sentir!

L’enfant ne doit être ni trop haut, ni trop bas.
Pas trop haut, car cela deviendrait inconfortable et il pourrait avoir du mal à caler sa petite tête contre vous.
Pas trop bas, car il pourrait vite se retrouver la tête enfouie sous le tissu, en donc avoir des difficultés à respirer. En plus, ça fait mal au dos du porteur (et hop, une raison de plus de faire attention!).
L’enfant doit donc être à portée de bisous : sa tête reposera sur le haut de votre poitrine (pas votre cou) ou sur le creux de votre épaule.
(bien entendu, je parle ici d’un portage ventral ou sur la hanche, pour le portage au dos, vous adapterez ces conseils 😉 )
Ainsi, vous n’aurez qu’à pencher la tête pour l’embrasser sur le front. Si vous tirez trop sur vos cervicales, c’est qu’il est trop bas! Si vous devez enfoncer le menton sur votre cou, c’est qu’il est trop haut!

Le corps de l’enfant doit être dans une position physiologique, respectueuse de la position qu’il adopte naturellement lorsqu’il est libre de ses mouvements.
On parle de la position « grenouille », et pour les anglophones, de la position « M ». Ces termes sont assez imagés, et je dois dire que je préfère le terme de la position « M » : les barres latérales de la lettre représentent les jambes, la « pointe » centrale représente les fesses. Bon, allez, je fais un effort :
portagephysio02Donc, en résumé : en passant le tissu bien au creux des genoux de l’enfant, cela l’aidera à se positionner ainsi. Le bassin sera basculé en avant, et le dos sera bien arrondi.
Ne forcez jamais sur ses jambes pour les écarter! Contentez-vous de remonter ses genoux, et l’enfant écartera ses jambes en fonction de son évolution physiologique.
De cette manière, non seulement vous respecterez le corps de l’enfant, mais également vous éviterez de créer des points d’appui trop petits.
Plus l’enfant sera raide, plus le point d’appui sera petit, et l’enfant sera non seulement dans une position peu confortable, mais se sentira également moins soutenu, moins enveloppé : moins sécurisé!
En position physiologique, la zone d’appui et de soutien se fait depuis le milieu du dos jusqu’au creux des genoux, et enveloppe bien la base (les fesses) de l’enfant.

Enfin, et toujours aussi important, le moyen de portage doit toujours être correctement ajusté!
Cela peut paraître idiot. Sans doute plus que le reste. Mais pour éviter un glissement, et donc une éventuelle chute, il est primordial de bien ajuster votre moyen de portage, que ce soit un préformé, un mei-tai, un sling ou une écharpe (a priori, si vous utilisez un tube, vous l’avez choisi à votre taille, donc le risque de glissement est déjà limité).
Un porte-bébé trop lâche peut non seulement se desserrer, mais également glisser le long des fesses et du dos de l’enfant, pour ne plus rien soutenir du tout! (bien sûr, cela dépend aussi du nouage).
La vigilance évolue au rythme de bébé : un tout petit bébé peut glisser sur le côté, se tordre, et prendre une position inconfortable et/ou insécurisée.
Un bébé plus grand (et donc un bambin) peut desserrer l’écharpe en bougeant, même si ce ne sont pas des mouvements brutaux (on en parle, de l’enfant qui se jette en arrière?).
A tous les âges, un porte-bébé mal serré, quel que soit son type, peut remonter le long du dos de l’enfant et le laisser glisser.

Alors pour éviter cela, on ajuste!
Sans comprimer le duo porteur/porté, il doit être suffisamment proche des corps pour en épouser la forme et suivre leurs mouvements.
Ainsi, l’enfant pourra bouger mais le tissu en fera de même : il ne faut surtout pas que l’enfant bouge d’un côté pendant que l’écharpe reste au même endroit!

Fiez-vous à vos ressentis.
Soyez à l’écoute de votre enfant, et attentif à vos sensations. Normalement, si l’enfant glisse, si l’écharpe se desserre, vous le ressentirez et serez à même de le rectifier.
Observez votre enfant, toujours. Sans garder les yeux rivés sur lui, surveillez régulièrement qu’il ne manifeste aucun signe anormal d’agitation (ou de léthargie), qu’il ne change pas de couleur (y compris sur ses membres) ou quoi que ce soit d’anormal. Il sera votre meilleur indicateur!
(et bien sûr, toujours le protéger des aléas météorologiques, sur toutes les parties de son corps qui ne sont pas dans l’écharpe : le protéger du soleil avec un chapeau bien couvrant et de la crème solaire adaptée, le protéger du froid avec des vêtements pas trop épais mais bien couvrants, sans jamais l’étouffer sous une écharpe, et n’oublions ni les mains ni les pieds!)
Si vous n’êtes pas certain de serrer correctement votre écharpe, ou encore de bien installer votre enfant, n’hésitez pas à participer à un atelier  : les moniteurs de portage sont là pour ça!

Et partagez les bons gestes!
Ne laissez pas les personnes mal informées dans leur ignorance : il en va de la sécurité de leur enfant.
Sans aller jusqu’à rentrer dans le lard des gens, je vous laisse le soin de le faire de manière positive, sans juger, sans agresser : ces personnes ne veulent certainement pas du mal à leur enfant, elles manquent simplement d’informations, de formation.
Si l’occasion se présente, partagez vos astuces, vos conseils, votre amour du portage et votre volonté de protéger les enfants!
Je sais qu’il est difficile d’aborder les défauts d’un nouage avec la personne concernée, surtout s’il s’agit d’un inconnu (et là je ne parle même pas des porte-bébés non physiologiques!). Mais si vous voyez une ouverture, foncez!

 

En ce qui me concerne, j’ai mis à profit mes essais techniques d’illustration pour vous offrir cette image résumant mon article.
N’hésitez pas, partagez-la. Une image vaut mille mots, dit-on, et en plus celle-ci en contient.
Sentez-vous libre de la diffuser, de l’imprimer, de l’envoyer, de l’afficher (mais pas de la modifier, d’en copier certaines parties ou de la clamer comme étant vôtre, merci 😉 )!
Spread the word, comme on dit 😉 (et si c’est pas la bonne expression, je passe pour une grosse conne!)

(cliquez dessus pour l'avoir à taille réelle)

(cliquez dessus pour l’avoir à taille réelle)

Bonne semaine du portage à vous, et portez-vous bien!!

[Test] La Petite Echarpe Sans Noeud (JPMBB)

titre_pesn01

Aujourd’hui, je vais enfin pouvoir vous parler de ce porte-bébé que j’aime tant, la PESN.
Sorti par JPMBB au début de l’été 2o13, ce porte-bébé de type sling (une seule couche de tissu maintenue par des anneaux, et portage asymétrique donc sur une seule épaule) est une sorte de révolution dans le monde du portage.
Nous l’avons testé dès sa sortie au grand public, et elle ne nous lâche plus : nous l’adorons, tant Progéniture que nous (oserai-je préciser que c’est grâce à la PESN que GrauLoup s’est enfin décidé à porter son rejeton, à 20 mois?).

Illustration réalisée pour JPMBB.

Illustration réalisée pour JPMBB.

Alors, qu’est-ce qui fait qu’elle est si spéciale, cette fameuse Petite Echarpe Sans Noeud?

Tout d’abord, sa matière est révolutionnaire.
A mi-chemin entre un tissu « tissé » et un tissu « tricoté » (pour rappel, « tissé » implique un tissu classique, « tricoté » est synonyme d’élasticité), ce sling est très légèrement extensible. Nous verrons par la suite que cela lui procure un confort extrême, et offre au porteur une liberté de mouvement incroyable.
Très douce, elle peut être difficile à maîtriser au début (j’ai dû mettre 10 utilisations au moins avant de trouver « le truc » pour ne pas que les anneaux se desserrent sous le poids de Progéniture qui était déjà lourd à l’époque) mais on oublie vite ce détail tant elle est agréable à porter.

Ensuite, vous l’aurez sans doute noté, la PESN est équipée d’un pad.
Le pad, c’est quoi? C’est un coussinet de protection qui vient se caler sur les anneaux pour plus de confort à la fois pour le porteur, qui n’a plus le contact des anneaux directement sur sa peau, et pour le porté, qui pourra poser sa tête ou sa main dessus avec davantage de confort.
Il est amovible, et absolument pas indispensable au fonctionnement de l’écharpe, mais pour ma part, c’est un très gros avantage (je suis d’une nature osseuse, et les anneaux qui appuient sur mes salières me font très mal, donc avec le pad, je n’ai plus de problèmes à porter en sling!).

Et puis, elle est réversible.
Alors oui, c’est un détail purement esthétique, mais c’est encore un petit plus à rajouter à la liste. Selon l’humeur, la tenue du porteur, hop, il suffit de la remonter dans un sens ou dans l’autre, et on a un « nouveau » porte-bébé d’une autre couleur. Deux pour le prix d’un, en somme!

pesn05Côté expérience utilisateur, ça donne quoi?

Il faut savoir que j’avais arrêté de porter Progéniture en sling, et plus généralement en asymétrique, lorsqu’il a dépassé les 11kg. Je ne tenais plus, j’avais mal à l’épaule, au dos, les anneaux me faisaient souffrir, bref, mon sling était rangé depuis longtemps lorsque la PESN est sortie au grand public.
J’ai tout de même voulu l’essayer (grand bien m’a pris!), car le pad et la souplesse du tissu me faisaient de l’oeil.

J’ai été bien inspirée, car effectivement, à ce jour, Progéniture pèse 15kg et je le porte encore (pour de courtes périodes, certes) en PESN.
Pourquoi ce changement?
Tout simplement, parce que ce tissu est magique. Il est souple, fin, très légèrement extensible, ce qui permet à l’épaule porteuse d’être enveloppée, et non simplement recouverte.
Le tissu suit les mouvements de l’épaule et du dos du porteur. Pour vous donner un exemple, ce que je détestais dans mon sling classique tissé était que je ne pouvais plus du tout me servir de mon épaule porteuse tant il était rigide (et lourd). Avec la PESN, je lève encore les deux bras sans aucun effort, j’ai gagné une souplesse d’action.
Ne serait-ce que pour cuisiner en portant, je passe Progéniture dans mon dos et je suis entièrement libre d’utiliser mes deux bras. Non, non, ce n’est pas négligeable!

Concernant la rapidité d’installation, la PESN ne diffère pas d’un sling classique tissé.
L’installation est toujours aussi facile, le serrage demande un peu plus de prise en main puisque le tissu a tendance à glisser.
Mon astuce : une fois le serrage bien fait, on torsade les extrémités du pan libre avant de les repasser dans les anneaux. Cela ne bouge plus!

Ce que j’apprécie aussi beaucoup chez la PESN est qu’il n’est pas nécessaire de la « monter » différemment selon si l’on veut porter en ventral, en hanche ou au dos.
En effet, la souplesse du tissu fait que l’on peut aisément « glisser » bébé dans la position de portage que l’on souhaite sans avoir à passer le tissu différemment dans les anneaux pour assurer un bon maintien.
Un avantage non négligeable lorsqu’on est novice et/ou pressé… Par exemple, toujours lorsque je cuisine (oui, à la maison je porte ma PESN comme un accessoire vestimentaire, et Progéniture y fait souvent des aller-retours lorsqu’il a besoin de contact mais que je suis occupée), je porte sur la hanche, et lorsque j’ai besoin d’éloigner un peu mon bébé de mon champ d’action (découper, l’éloigner d’éventuelles projections d’huile chaude…), hop, je le glisse dans mon dos. Puis, s’il commence à fatiguer, hop, je le replace contre mon ventre pour qu’il soit plus à l’aise pour s’endormir.
Ca, je n’ai jamais pu le faire avec un sling tissé.

Alors, convaincus?
Maintenant, passons aux choses concrètes :
(cliquez sur les images pour les voir en plus grand, l’interface du blog ne permet pas l’affichage direct des grands formats)
pesn_titre_modedemploi
pesn01
pesn02
pesn03
pesn04

Pour mon mode d’emploi, j’ai choisi d’utiliser le magnifique coloris Marron glacé/Bleu canard (que je possède également, en plus de mon adorée Noir/Anthracite).

J’espère avoir fait le tour des interrogations quant à ce porte-bébé que j’aime tant. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques et je complèterai l’article!

(on se quitte sur un papa porteur? ouiiii!)
portage02

Infos pratiques :
La Petite Echarpe Sans Noeud, porte-bébé sling (69,50€)
Je Porte Mon Bébé

Cet article n’est pas sponsorisé.